cpnef centres sociaux petite enfance
dernière mise à jour  : 12 mars 2015

La formation des emplois d'avenir

Mesure phare du nouveau gouvernement, les emplois d’avenir concernent directement les employeurs et les salariés de notre branche.

Principe général

Il s’agit d’un contrat de travail, conclu sous la forme d’un contrat unique d’insertion d’accompagnement dans l’emploi (CUI-CAE) qui peut être :

  • un CDI,
  • un CDD de 3 ans,

  • un CDD d’1 an renouvelable jusqu’à 3 ans.

Ce contrat de travail est en principe à temps plein, mais il peut être conclu à temps partiel (minimum mi-temps) sur dérogation.

L’employeur doit assurer la professionnalisation du salarié recruté en emploi d’avenir.

Il prend l’engagement de permettre au jeune recruté d’accéder à des formations ou à une qualification et à co-construire avec lui un plan d’insertion ou un parcours professionnel.

 Publics

Les salariés :

Les emplois d’avenir s’adressent aux jeunes de 16 à 25 ans, en recherche d’emploi :

-       Sans aucune qualification.

-       Titulaire d’une qualification de niveau V maximum et en recherche d’emploi depuis 6 mois.

-       Dans certaines zones géographiques : titulaire d’une qualification de niveau II maximum et en recherche d’emploi depuis 12 mois.

Le dispositif est également ouvert aux travailleurs handicapés de moins de 30 ans.

Aux employeurs :

Les emplois d’avenir s’adressent en priorité aux dirigeants de l’économie non marchande : associations, collectivités, organismes à but non lucratifs, etc.

Prise en charge financières

Pour les employeurs :

Les aides sont attribuées au vu des engagements pris par l’employeur sur la qualité de l’emploi ainsi que sur le parcours d’insertion et de qualification proposé au jeune.

Pour la rémunération : L’employeur associatif perçoit une aide de 75 % du montant brut du SMIC par heure travaillée. Il bénéficie également des exonérations de cotisations sociales prévues dans le cadre des CUI-CAE.

Pour les formations :

L’employeur va utiliser les fonds réservés dans le cadre de la période de professionnalisation.

La prise en charge des coûts pédagogiques est possible jusqu’à  18€/h. Les frais annexes sont pris en charge selon les barèmes d’Uniformation.

A noter que les conseils régionaux soutiennent également financièrement la formation des emplois d’avenir, selon des modalités propres à chaque région.

Côté salarié :

Certaines aides de Pôle Emploi peuvent être attribuées à des jeunes embauchés dans le cadre des emplois d’avenir. Cela concerne, par exemple, une participation aux frais de déplacements, de double résidence, de déménagement ou de garde d'enfant pour les parents isolés.

Les métiers concernés

Les emplois d’avenir concernent des métiers d’intérêt général présentant un caractère d’utilité sociale, environnementale. Dans la branche ALISFA, cela peut concerner des emplois d’animateur, de chargé d’accueil, d’auxiliaire petite enfance, etc.

A noter, la Direccte ou le Conseil régional peuvent définir des priorités régionales, selon les besoins de création d’emplois sur leur territoire.